Accueil
Association pour la Télémédecine
en Auvergne Rhône-Alpes
lundi 20 février 2017
Accueil | Intranet | Veille | Etudes de cas | Contact
Veille

Santé et Informatique : le retard français Ce que le retard nous coûte : temps, argent et vies

Réseau Santé Social, e-santé, informatisation de la santé, Carte Vitale I et II, télé médecine, dossier médical personnel informatisé (DMP), télé transmission des feuilles de soins : depuis plus de vingt-cinq ans, le débat autour de l’utilisation des nouvelles technologies dans le domaine péri-médical nous submerge de termes techniques et de programmes politiques. L’actuel ministre de la Santé Douste- Blazy ne fait pas figure d’exception. Selon son ministère, l’informatisation de la santé serait un atout colossal pour les patients qui seront mieux soignés grâce à une meilleure maîtrise de l’information médicale les concernant, pour les professionnels qui pourront "comparer leurs clientèles, leurs pratiques" et également pour le système français de santé plus largement grâce à une dépense mieux contrôlée. En d’autres termes, une vraie révolution.



Or, le débat est confus et le vocabulaire laisse perplexe. Les organismes et les avis ont défilé, comme celui du Conseil de l’Informatique Hospitalière et de Santé (CIHS), mis en place en 1992 pour "favoriser la coopération et la cohérence inter hospitalière et de promouvoir l’innovation" pourtant dissout en 1996. Le budget est tout aussi flou : on cite des chiffres allant de quelques millions à plusieurs milliards d’euros pour la mise en place de l’informatisation de la santé en France. Seulement, personne ne parle de la même chose. Le Conseil Supérieur des Systèmes d’Information de Santé, qui, lui, existe encore, confirme ce manque de cohérence et de "directives précises et fermes".

...........

LIre la suite sur le site de l’IFRAP

Classification :
Dossier médical - Système d’information

Mis en ligne le mercredi 16 juillet 2008 par Webmaster

imprimer

Veille
Les listes classées
Pour chercher sur le site