Accueil
Association pour la Télémédecine
en Auvergne Rhône-Alpes
jeudi 25 mai 2017
Accueil | Intranet | Veille | Etudes de cas | Contact
Veille

TIC et souveraineté nationale : les industries spécialisées appellent au changement



04/09/08 - Dans son dernier numéro, la revue « Santé et technologies » dresse un état des lieux préoccupant de l’avancée des technologies d’information de santé, qualifiant le DMP de "projet qui a tourné à la farce", complété par un "programme Hôpital 2012 qui tarde à démarrer, d’où une situation très morose". Dans l’interview qu’il accorde à cette revue, le délégué général du Lesiss, interrogé sur le DMP, évacue le sujet en une phrase. Précisant ensuite le point de vue des industriels spécialisés, Yannick Motel évoque la question des institutions en charge de la gouvernance. Plutôt que d’énumérer celles dont "les marges de progrès sont importantes en matière de remise en cause de leurs usages", il souligne les relations très constructives avec la DHOS et le GIP-CPS. L’interview se poursuit avec une analyse du plan Hôpital 2012, dont "les lenteurs d’instruction des dossiers déposés ont suscité un ralentissement en 2007 puis un blocage presque total de la machine". Concluant cet échange sur les propositions concrètes du rapport remis par la FIEEC en juin 2004 au secrétaire d’Etat à l’Industrie, Y. Motel estime que "sans excès rhétorique, mettre rapidement en place une gouvernance rénovée et mutualiser les ressources participe d’un enjeu de souveraineté nationale".

Certains pourraient penser que le jugement porté par le représentant des industries spécialisées est sévère à l’excès. L’annonce de la mise en vente d’un leader mondial du secteur n’est pourtant pas faite pour le démentir. On apprend en effet que "le groupe belge Agfa-Gevaert, spécialiste du traitement de l’image, est en train de mettre au point le processus de vente de sa division médicale". Un administrateur du groupe précise à ce sujet que "l’état du marché est loin d’être brillant", l’auteur de l’article estimant de son côté que "personne aujourd’hui ne paiera un bon prix pour une activité qui périclite". Souvent perçus comme des acteurs qui crient avant d’avoir mal et réclamant un changement radical de tempo, les industriels spécialisés auraient-ils finalement raison de manifester leur inquiétude ?

> Lire l’interview sur : http://www.lesiss.org/publications/200809st

Source Annuaire Sécu Newsletter n° 315

Classification :
Dossier médical - Système d’information

Mis en ligne le dimanche 7 septembre 2008 par Webmaster

imprimer

Veille
Les listes classées
Pour chercher sur le site