Accueil
Association pour la Télémédecine
en Auvergne Rhône-Alpes
samedi 14 septembre 2019
Accueil | Intranet | Veille | Etudes de cas | Contact
Veille

E-santé : Orange s’implique auprès des personnes cardiaques

En signant un partenariat avec le groupe italien Sorin, spécialisé dans la fabrication des appareils médicaux, l’opérateur français se lance dans le suivi à distance des patients cardiaques équipés de prothèses. Un pas de plus en faveur de la e-santé.



L’opérateur télécom Orange (France Télécom) et le groupe italien d’appareils médicaux Sorin ont décidé de collaborer à la mise au point d’un dispositif permettant de suivre à distance les patients cardiaques équipés de prothèses. Une solution possible grâce à "la transmission électronique des données, provenant de la prothèse cardiaque implantée, vers le cardiologue sans que le patient ait besoin de quitter son domicile", ont expliqué les deux groupes dans un communiqué.

Aucune date de lancement n’a été précisée. Mais ce pas en direction de la santé ou plus précisément de la e-santé, n’est pas un nouveau virage pour l’opérateur présent dans ce secteur depuis une dizaine d’années via une division dédiée, "Orange Healthcare". Ainsi, par un travail commun entre professionnels des technologies de l’information et de la communication (TIC) et de la santé, il devient plus facile d’échanger des informations, d’y avoir accès en toute mobilité, d’assurer une coordination des projets plus efficace... Résultat : la e-santé est un secteur qui enregistre en Europe une croissance annuelle de 15 à 20%.

Orange ambitionne même en 2010 de devenir leader européen de l’e-santé, grâce au déploiement de trois types de solutions : pour les patients (surveillance à distance de maladies chroniques, soins à domicile), pour les personnes âgées (télé-assistance) et pour les professionnels de la santé (hôpitaux, compagnies privées d’assurance, dossier médical électronique, télé-imagerie médicale…).

Orange n’est pas le seul opérateur présent. Son concurrent SFR a mis en place des solutions de communications destinées aux personnes âgées baptisées "e-care" et "e-rappel". Le premier service, développé en partenariat avec la société e-medicis, accompagne et surveille les personnes âgées ou fragilisées ; lesquelles sont équipées d’un pendentif communiquant, qui assure une détection post-chute, ainsi que les inactivités anormales et permet d’envoyer manuellement ou automatiquement un message de détresse à un professionnel de santé ou un aidant (famille, proche, …). La fonctionnalité GPS intégrée permet une intervention rapide en cas de besoin. "E-rappel" est un rappel automatique pour ne plus oublier de prendre ses médicaments ou de se rendre chez le médecin. Chaque « e-rappel » s’effectue via le téléphone de la personne âgée, ou directement sur son pendentif "e-care". Ces solutions sont déjà commercialisées et l’opérateur en expérimente de nouvelles actuellement : l’une pour établir un télédiagnostique dermatologique dans quatre services d’urgence de la région parisienne ; l’autre pour un suivi à distance des diabétiques.

Pour sa part, Bouygues Télécom, a développé aux côtés d’IBM et de l’Hôpital Européen Georges Pompidou la visite médicale virtuelle à domicile. Cette solution consiste pour le patient à prendre chaque jour sa tension, son poids et son taux de saturation en oxygène. Toutes ces informations sont transmises à un téléphone portable à interface Bluetooth (technologie sans fil) grâce à des capteurs communicants installés dans les appareils du patient (tensiomètre, pèse-personne, oxymètre). Le téléphone transfère directement les données par le réseau GPRS vers un portail de télémédecine d’Internet. C’est précisément ce portail qui permet au médecin d’effectuer une visite virtuelle de ses patients. Parallèlement, des alertes SMS peuvent être programmées à destination du médecin (en cas de dépassement d’un seuil par exemple) et à destination d’un technicien de maintenance (en cas de défaillance d’un équipement).

Mais la e-santé, c’est aussi la consultation sur Internet de sites dédiés (Doctissimo, E-sante.fr, docteurclic...) et dont l’engouement a alarmé les instances publiques et l’Ordre des médecins mettant en garde face à la "grande hétérogénéité dans la qualité des informations et des services". Toujours est-il qu’au moins 30% des internautes consulteraient un site de santé chaque mois. En février, sur les 10 sites Internet ayant enregistré la plus forte progression d’audience, deux sont consacrés à la médecine : Doctissimo (groupe Lagardère) et E-sante qui comptabilisent respectivement 35,5 millions et 3,3 millions de visites par jour.

Source La Tribune

Classification :
Télé-Assistance

Mis en ligne le mardi 31 mars 2009 par Webmaster

imprimer

Veille
Les listes classées
Pour chercher sur le site