Accueil
Association pour la Télémédecine
en Auvergne Rhône-Alpes
mercredi 24 mai 2017
Accueil | Intranet | Veille | Etudes de cas | Contact
Veille

Alors que le DMP britannique a du plomb dans l’aile, l’ASIP Santé et les industriels spécialisés partent en lune de miel



25/06/10 - Une dépêche TIC Santé annonce que, austérité oblige, le gouvernement britannique envisage d’abandonner le programme d’investissement du National Health Service (NHS) dans les TIC santé, jugé trop coûteux et inefficace. Lancé en octobre 2002 par le Département de la Santé, ce programme national, dont le budget prévisionnel de 12,7 milliards de livres (15,2 milliards d’euros) en dix ans, devait aboutir au déploiement d’un dossier patient électronique standardisé, centralisé et sécurisé en Angleterre. Le budget pourtant colossal serait déjà "massivement" dépassé, pour un résultat affligeant. "Alors que 8,5 millions d’Anglais ont été avertis de la possibilité de créer un dossier médical résumé, moins d’un sur sept (environ 1,2 million) l’a effectivement demandé à son généraliste et seul un sur 200 a créé son espace virtuel de santé (Health space)". Perte de confiance chez les professionnels, absence de concertation, de conseil et de communication à propos du programme, opacité de l’évaluation menée par le Département de la Santé, accumulation des retards, nombreuses dysfonctions et failles de sécurité auront eu raison du DMP britannique.

Heureusement, rien de tel dans notre pays, la dépêche parlant de perspectives "moins alarmantes en France". L’ASIP santé s’est fixé un objectif ambitieux : "un départ en production de la première version du DMP avant la fin de l’année 2010". Les aides publiques assignées au développement des systèmes d’information hospitaliers par le plan Hôpital 2012 (une première tranche de 2,2 milliards d’euros) commencent à alimenter le secteur, mais avec plus de deux ans de retard sur le calendrier originel. Quant à la seconde "tranche", il faudra encore attendre.

Mieux, à lire le dernier communiqué du LESSIS conjointement publié avec le GIXEL en écho à la "Journée nationale des industriels" organisée le 23 juin par l’ASIP Santé, la lune de miel semble consommée entre les acteurs publics et privés, à tout le moins avec ces deux organisations des industries spécialisées dans les TIC. Saluant "le volontarisme des institutions en charge de la gouvernance des TIC de santé", les signataires se félicitent de l’annonce d’une gouvernance renforcée [qui] s’appuiera sur la Délégation à la stratégie des systèmes d’information de santé (DSSIS)", dont l’objectif sera de "guider, dans la concertation déjà à l’oeuvre avec les parties impliquées, les réflexions et les arbitrages de l’exécutif." Les auteurs ne sont pas en veine de propositions, annonçant un projet de "plate-forme d’échanges inter-partenaires (ELEGANCE) associant industrie, recherche, professionnels de santé et patients", dont le but est de "constituer un écosystème multiculturel permettant de fédérer les expertises et d’accélérer un déploiement de la e-santé au plan national, et les perspectives d’exportation". Le communiqué renvoie en outre à un document élaboré par l’ASIP au sujet du volet santé du grand emprunt, dont l’intitulé donne le ton : "e-santé, une priorité pour la France". La lecture de ce tonique document de 8 pages, à télécharger sur le site du LESSIS, constitue une feuille de route qui vise à "faire de la France un leader de la e-santé".

> TIC en santé : vers un abandon du programme britannique d’investissement ? http://www.ticsante.com/show.php?page=story&id=674&story=674

> Le communiqué LESSIS-GIXEL et l’opuscule "Grand emprunt" de l’ASIP Santé : http://www.lesiss.org/publications/20100623esante

Classification :
Dossier médical - Système d’information

Mis en ligne le vendredi 2 juillet 2010 par Webmaster

imprimer

Veille
Les listes classées
Pour chercher sur le site