Accueil
Association pour la Télémédecine
en Auvergne Rhône-Alpes
lundi 11 novembre 2019
Accueil | Intranet | Veille | Etudes de cas | Contact
Veille

USA : des robots de garde pour la prise en charge à distance des malades



Plusieurs hôpitaux américains se sont équipés depuis 2006 d’un "robot de garde", baptisé RP-7 et dirigé à distance par un spécialiste. Fer de lance de cette expérience, l’Hôpital St Joseph Mercy d’Oakland (SJMO) fait partie des quelques hôpitaux dans lesquels des spécialistes des AVC vont pouvoir partager leur savoir plus facilement en utilisant cette haute technologie. Selon les experts, ce procédé devrait grandement améliorer les chances de rétablissement des patients. Les spécialistes de garde des hôpitaux concernés utilisent ordinateurs portables et Internet pour se connecter à ce robot, accompagnant ainsi à distance le médecin qui lui est au chevet du malade.

"Grâce à la connexion Internet, nous pouvons contacter un spécialiste, même dans un hôpital situé en zone rurale ou dans une région difficile d’accès, qui nous aide pour le diagnostic et la mise en place d’une stratégie thérapeutique", a expliqué Jack Weiner, directeur de l’hôpital d’Oakland. Un meilleur choix, selon lui, que de mettre le patient dans une ambulance ou un hélicoptère pour être transféré vers un hôpital mieux équipé. Ce qui retarde d’autant un traitement vital.

Des programmes de télémédecine similaires sont en train de se mettre en place dans de nombreux Etats du pays (Alaska, Colorado, Géorgie, Illinois, Kansas, Missouri, Nevada, Nouveau Mexique, New York, Tennessee, Washington), selon Katy Bandemer, porte-parole de l’association cardiaque américaine. Deux hôpitaux du Massachusetts font eux fonctionner un réseau incluant 14 autres hôpitaux. En vertu de ce nouveau programme dans le Michigan, certains patients devront quand même être physiquement transportés auprès des spécialistes du SJMO, mais uniquement s’ils ne réagissent pas à l’administration du tPA, un anticoagulant, ou s’ils ont passé la fenêtre de trois heures après l’AVC dans laquelle il peut être administré.

le Dr Gregory Albers, neurologue qui dirige le centre de l’AVC de l’Université de Stanford, en Californie, dont le centre n’appartient à aucun de ces programmes de télémédecine, a déclaré vouloir voir les résultats des études en cours avant de franchir le pas. Parmi les questions qu’il se pose : un scanner est-il vraiment lisible à distance ? Un médecin en ligne est-il vraiment capable de surveiller un patient, une fois le traitement administré ?

Les robots RP-7, mesurent environ 1,50 mètre. Ils ont un écran en guise de tête, sur lequel on voit le médecin situé à l’autre bout. Une caméra est située à son sommet, qui retransmet les images et le son de l’autre côté. Le médecin "virtuel" active le robot à distance. Selon le Dr Douglas Slater, médecin chef de l’hôpital Mercy de Grauling (Michigan), qui fait partie du réseau, ce robot va fournir un réel bénéfice à sa structure, qui n’a pas de neurologue de garde.

Sources Intouchhealth et MNT

Classification :
Télémédecine e-santé

Mis en ligne le lundi 25 juin 2007 par Webmaster

imprimer

Veille
Les listes classées
Pour chercher sur le site