Accueil
Association pour la Télémédecine
en Auvergne Rhône-Alpes
samedi 25 mars 2017
Accueil | Intranet | Veille | Etudes de cas | Contact
Veille

Marisol Touraine préconise un dossier médical personnel de "nouvelle génération"



Le point sur les 26 projets régionaux de santé (PRS) avec le Secrétaire général des ministères sociaux

05/11/12 - Interrogé par la Gazette Santé-Social, Denis Morin, Secrétaire général des ministères sociaux et ancien directeur général de l’ARS Rhône-Alpes, fait le point sur l’état d’avancement des projets régionaux de santé (PRS), à quelques semaines de l’échéance fixée au 31 décembre 2012. Aujourd’hui, 17 agences régionales de santé disposent d’un PRS complet. Cinq ARS approchent du but, c’est-à-dire que leur projet est adopté mais doit encore être complété. Enfin, 4 régions en sont encore au stade de la consultation. Leur PRS est programmé pour la fin de l’année 2012. C’est le cas pour l’Ile-de-France, Rhône-Alpes, la Corse et la Basse Normandie. Il revient notamment sur les relations entre ARS et départements et l’articulation ARS-Conférence régionale de la santé et de l’autonomie (CRSA),

> Projets régionaux de santé : le constat de Denis Morin

08/11/12 - La ministre de la Santé a préconisé mardi soir, devant la commission élargie finances et affaires sociales de l’Assemblée nationale, un DMP de "nouvelle génération" pour faire face à l’échec de la version actuelle. Il y a actuellement environ 222 000 DMP ouverts (19-10), créés dans 160 hôpitaux ou dans le cabinet de 4 000 médecins traitants. Mais, selon Marisol Touraine, ce sont des créations "largement théoriques". Bref, des coquilles vides. "La difficulté à laquelle nous sommes clairement confrontés est que les professionnels de santé ne se sont pas appropriés ce dossier médical", a souligné la ministre . Pour elle, il y a donc trois options possibles. Ou bien "continuer à dépenser de l’argent comme si de rien n’était alors que des sommes considérables ont été investies sans résultat majeur", "supprimer purement et simplement le processus engagé" ou une troisième voie qui est d’aller "vers un DMP de deuxième génération". Cette dernière "suppose une association des professionnels" pour déterminer les objectifs à atteindre, a-t-elle poursuivi, ajoutant qu’il fallait "revoir la gouvernance" du projet, actuellement confiée à l’Asip-Santé. Elle a également enterré la solution du dossier médical sur clé USB, qui ne répond pas à l’objectif de partage de l’information entre professionnels de santé et qui a fait l’objet d’un avis défavorable de la CNIL.

> Dépêche Afp

Source L’Annuaire Sécu

Classification :
Dossier médical - Système d’information

Mis en ligne le mercredi 14 novembre 2012 par Webmaster

imprimer

Veille
Les listes classées
Pour chercher sur le site